Coacting

Les émotions en période de confinement 2/13.

Bonjour… La dernière fois, je vous avais proposé de travailler sur vos émotions, de les identifier. Sans doute avez-vous vous eu quelques difficultés. C’est bien normal, car les émotions sont des phénomènes complexes. Ce sera notre thème du jour !
Vous avez peut-être été surpris que dans le texte précédent, je ne développe pas plus sur certaines émotions comme la honte ou le mépris, qui sont parfois plutôt des sentiments, car ils vous habitent en permanence et remontent fréquemment à la surface. Nous avons parlé jusqu’ici des émotions dites « primitives » ou « de base ». Et, tout comme les couleurs se combinent sur la palette du peintre, les émotions et les sentiments se mêlent en nous tout au long de notre vie. Il devient donc parfois difficile de s’y retrouver. C’est d’ailleurs pour cela que certaines personnes choisissent d’engager un travail thérapeutique.
La jalousie, par exemple, est déclenchée par la peur : le jaloux a peur d’être abandonné, de ne pas être à la hauteur pour garder l’être aimé. La honte est une combinaison complexe de peur et de colère : la personne qui a honte a souffert de moqueries et a peur de s’y retrouver à nouveau confrontée ; elle étouffe la colère qui est en elle par crainte d’avoir des réactions démesurément violentes et elle ne sait pas comment s’affirmer simplement. Le mépris combine aussi colère et peur : la personne qui méprise masque une colère due à une blessure, à une insatisfaction ; par crainte de montrer ce qu’elle ressent réellement, elle feint d’être « au-dessus de tout cela ».
Emotions, sentiments, il n’est pas facile de s’y retrouver en effet. Quelques caractéristiques néanmoins vous aident à y voir plus clair.
Géraldine est triste depuis plusieurs semaines car elle a raté un examen important. En analysant la situation, elle comprend qu’elle n’a peut-être pas assez travaillé, mais le doute s’installe, elle n’est plus certaine d’être capable de réussir son année universitaire, elle appréhende les prochains examens et a du mal à trouver le sommeil. Elle n’a plus d’appétit.
L’émotion de départ, la tristesse, s’est installée. Ce n’est plus une émotion. Certes, il y a eu échec au départ. Mais Géraldine avoue qu’elle a souvent manqué de confiance en elle et qu’elle a toujours appréhendé l’échec au cours de sa vie scolaire et universitaire.
Une émotion qui perdure se transforme en sentiment, voire en pathologie. Dans le cas de Géraldine, la tristesse est devenue une souffrance installée, qui se mêle à un manque de confiance, voire même à un manque d’estime de soi, ce qui est beaucoup plus grave.
L’émotion survient de manière imprévue, elle est liée à un événement précis et ne dure pas. Si vous n’obtenez qu’un 8 aux examens alors que vous vous attendiez au moins à un 12, votre déception est visible, mais, quelques heures plus tard, tout cela est derrière vous. Vous vous préparez pour la prochaine session !
Si en revanche vous abordez systématiquement chaque épreuve avec anxiété, persuadé que vous allez échouer, il ne s’agit plus d’une émotion mais d’un sentiment qui s’inscrit dans la durée, mêlant tristesse, peur et mauvaise estime de soi, et qui peut être vécu en l’absence

d’un élément déclencheur. Les sentiments durent plus longtemps que les émotions et leur intensité est moins forte. C’est pourquoi ils peuvent agir en permanence et sans que nous en soyons conscients.
Au travail : Reprenez votre tableau.
Est-ce que sont des émotions ou des sentiments qui y figurent ? Distinguez-les clairement.
Par ailleurs, si vous avez reporté des émotions complexes, essayez de démêler les émotions combinées, et éventuellement les sentiments qui se sont installés.
Ce travail de réflexion est important car on n’engage pas un plan d’action de la même façon selon la nature des phénomènes qui sont à l’œuvre. Dans une période spécifique comme celle du confinement, il y a sans doute beaucoup d’émotions en action et vous devez pouvoir vous y retrouver, d’autant que certaines émotions parasites peuvent également se manifester.
Retrouvons-nous la prochaine fois pour parler de ces émotions parasites ! Bon courage à vous.
Découvrir le livre publié chez Larousse « les 50 règles d’or pour bien gérer ses émotions ».

Jean-Yves Arrivé

  • Fondateur et Président de Co-acting
  • Membre accrédité titulaire de la Société Française de Coaching (SFCoach), membre du C.A. de l’association de 1999 à 2012.
  • Auteur de plusieurs ouvrages sur le coaching, les émotions, la formation et le développement des compétences.
  • Enseignant durant 15 ans à Paris X, Paris XIII, au Celsa. Psychologue  et titulaire d’un 3ème cycle RH.
  • Formé à l’Analyse Systémique, la Gestalt et l’Analyse Transactionnelle.
  • Consultant et Praticien certifié ECPA : Golden, Bar’on, SOSIE, Tryptique, PFPI, Hexa3D, Talent Zoom, QCE, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *